Comment allez-vous Madame Roy ?

“Madame Roy” c’est notre patiente, notre cliente, notre bénéficiaire, notre résidente … c’est une dame âgée en bonne santé ou malade, à l’aise financièrement ou pauvre, autonome ou non autonome…Depuis plusieurs années je rencontre plusieurs “madame Roy et monsieur Roy” et je les aime beaucoup. Ce qui m’amène à vous partager ce qui me fait plaisir d’entendre ou ce qui me fait dresser les cheveux sur la tête quand j’entends parfois des gens qui s’adressent à eux.Voici ce qui peut déranger, irriter, blesser versus ce qui peut apporter un baume aux aînés.· Les personnes âgées ont vécu selon la coutume qu’on s’adresse aux plus âgés que nous en utilisant “vous”, “madame” ou “monsieur”. En conséquence, par respect pour leurs valeurs, M. et Mme Roy réservent l’usage de leur prénom à leurs proches et ils préfèrent qu’on les vouvoie. “Avez-vous bien dormi Madame Roy?” sonne beaucoup mieux à leurs oreilles que “As-tu bien dormi Mariette?” ou “est-ce qu’elle a bien dormi “la petite madame?” ou ”As-tu bien dormi grand-maman? (quand ça vient du personnel et non d’un petit-enfant de Mme Roy…).· À l’hôpital avec sa mère, la préposée de l’accueil demande à la fille de Mme Roy si sa mère a sa carte d’assurance maladie plutôt que de le demander directement à Mme Roy… Au restaurant la serveuse demande à la fille si sa mère va prendre un café… Oups… elle n’est pas muette. Elle entend et elle parle.

Plutôt que de présumer que la personne âgée ne peut pas comprendre ou répondre par elle-même, on s’adresse d’abord à elle et non à la personne qui l’accompagne. Ça demande juste parfois un tout petit peu plus de temps et de patience; on leur doit bien ça, non ?· “Elle EST Alzheimer” ou “le patient Alzheimer” ou “résidence pour personnes Alzheimer”. Aoutch ! ça griche dans mes oreilles quand j’entends ces expressions. Une personne peut “être atteinte de la maladie d’Alzheimer” mais “elle n’est pas la maladie”; elle est beaucoup plus. M. Roy est un mari, un père, un grand-père, un voisin, un locataire de la résidence, un ami du groupe d’anciens employés de cette compagnie et … il souffre de la maladie d’Alzheimer.· Mme Roy est “dure d’oreille” comme dit sa fille… elle a un problème auditif. Pour qu’elle nous comprenne mieux : on se place face à elle, on parle assez fort, pas trop vite, on articule bien et on laisse notre visage dégagé car elle est peut-être capable de lire sur les lèvres. Les personnes malentendantes sont souvent isolées en raison de leur difficulté; donnons leur l’occasion de pouvoir s’impliquer dans un échange agréable.

Sylvie Caron, travailleuse sociale

Montréal et Rive Sud   514-518-1015

©️ Tous droits réservés Sylvie Caron  Qc 2018.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s